Menu

Grève du barreau largement suivie en Tunisie, les autorités démentent

Grève du barreau largement suivie en Tunisie, les autorités démentent

 

AFP, le 09 mars 2005 à 21h35 

 

TUNIS – Les avocats tunisiens ont observé mercredi une grève largement suivie selon leurs représentants, mais les autorités ont affirmé que les tribunaux avaient fonctionné normalement en présence des avocats.

La grève des avocats visait à « défendre la profession, la liberté et la démocratie » en Tunisie, selon un communiqué.

Elle avait également pour motif le « refus » de la visite du Premier ministre israélien en Tunisie, Ariel Sharon, qualifié de « criminel de guerre » et « bourreau des palestiniens », invité à Tunis en novembre pour un Sommet mondial sur la société de l’Information (SMSI).

« La grève a été très largement observée dans les tribunaux suivant le mot d’ordre du Conseil national de l’ordre des avocats » (CNOA), a indiqué à l’AFP, Me Chawki Tabib, un membre dirigeant de ce conseil.

« Des permanences ont été tenues pour les procédures sensibles et affaires urgentes, mais les avocats ont arrêté le travail et observé des sit-in jusqu’à la fin des horaires administratifs », a précisé Me Tabib.

« La grève a été un succès et l’adhésion des avocats au mot d’ordre de leur Conseil a été estimée à plus de 9O% », a encore dit Me Tabib, citant des données communiquées par le bâtonnier mercredi en fin de journée.

Les autorités ont, en revanche, démenti que les tribunaux aient été pertubés par la grève du barreau.

« Les audiences se sont tenues toute la journée au niveau de toutes les juridictions, quel que soit leur degré ou spécialité, et en présence des avocats, qui ont présenté leurs plaidoiries et conclusions », a indiqué une source officielle.

« Aucune enfreinte au bon déroulement des audiences n’a été signalée », selon la même source.

Les avocats tunisiens entendaient également par leur grève faire acte de solidarité avec un avocat tunisien, Mohammed Abbou, incarcéré dans la foulée des protestations contre l’invitation du Premier ministre israélien en Tunisie.

Sa comparution le 2 mars devant le juge d’instruction avait donné lieu à des altercations entre la police et des avocats brutalisés et empêchés, selon eux, d’assister leur confrère.

Me Abbou est poursuivi pour « incitation à enfreindre les lois » et agression physique à l’encontre d’une avocate ayant porté plainte, avait-on indiqué de source gouvernementale.

La grève des avocats intervient cinq jours après la dispersion musclée d’un rassemblement à Tunis, auquel avaient appelé des partis d’opposition et des Ong contestant l’invitation faite à Ariel Sharon d’assister au Sommet mondial sur la société de l’information à l’automne en Tunisie.

Organisations et Instances